dimanche 22 juillet 2018

Émulation

"Ouh ! C'est dur !" dit mon neveu, Gnafron, 2 ans et demi, en essayant  de suivre ses cousins et sa cousine.
C'est dans ce genre de cas que je me rends compte à quel point les miens ont grandi...


PS: A côté de la toile d'araignée, il y avait un poteau. Je mets Mr Thing Two au défi de grimper jusqu'en haut. Il le fait sans trop de difficulté : ce gamin a des muscles en acier. Miss Thing One tente à son tour, et bien sûr, elle n'y arrive pas. Elle recommence. Encore. Encore. S'acharne. Échoue. Tente une autre technique. Encore. Insiste. Les autres changent de jeux, s'éparpillent. Elle s'obstine, même si elle est de plus en plus fatiguée et glissante de sueur. 25 minutes plus tard, je sonne le départ. Et là, avec l'énergie du désespoir, elle s'agrippe, monte, monte... et arrive en haut. J'étais SCIÉE. Une telle persévérance, si jeune, ça vaut toutes les facilités innées du monde. Bravo ma championne !

vendredi 20 juillet 2018

La nouvelle chambre du Grand

Aujourd'hui, retour des enfants qui étaient chez leur père depuis juste avant le déménagement. Ça fait une semaine que nous (moi, mais aussi ma mère, mon ami-bricoleur, et même un invité de passage) trimons pour rendre l'appart aussi présentable que possible, en particulier la chambre du Grand, histoire de faire passer la pilule. Il a une chambre neuve du sol au plafond, un lit double, une carte du monde géante sur tout un mur (une idée dont je suis très fière), et sa collection de Picsou a été soigneusement rangée sur l'étagère.
- Alors, ça te plaît ?
- Mouais, ça va.
Sur quoi il s'est jeté sur son nouveau lit et a réclamé le code wifi.
Il y a des choses qui ne changent pas.
("Sale gosse", a commenté ma mère par texto)

jeudi 19 juillet 2018

Couloir hanté

— Quand j'aurai fini la chambre de la miss, j'attaquerai le couloir hanté, m'annonce l'homme qui me refait la peinture de l'appart.
Je suis ahurie. Comment connaît-il l'existence de Gus, notre fantôme maison, celui qui nous suit à chaque déménagement et qui fait grincer des portes, déplace facétieusement des objets, et se nourrit sans doute de chaussettes dépareillées ? Aurait-il déjà eu affaire à lui ?
— Tu as croisé un revenant dans le couloir ?
Il me regarde avec perplexité pendant quelques secondes, puis il comprend et s'exclame :
— Je parle du couloir en T, en forme de lettre T !
Ah, d'accord. Dommage, c'est moins drôle...

dimanche 15 juillet 2018

Terrible danger

Je suis inquiète. Sachant qu'il n'est permis de klaxonner en ville qu'en cas de danger immédiat, je pense qu'il se passe quelque chose de très, très grave actuellement à Paris (et peut-être aussi ailleurs). Un épouvantable carambolage, ou quelque chose du genre. Cela expliquerait aussi tous ces hurlements (d'horreur, certainement) de la part des piétons. Que c'est triste.

vendredi 13 juillet 2018

Liesse

Ce matin, j'ai vendu ma maison.
Ce midi, j'étais sdf.
Cet après-midi, j'ai acheté mon appart.
Je suis donc à nouveau officiellement parisienne.
Et je n'en reviens pas que, pour fêter mon retour, la municipalité ait fait tirer un feu d'artifice devant mes fenêtres. Franchement, ça me touche beaucoup. 

jeudi 12 juillet 2018

Lundia à gogo

Quoi, quoi, j'ai trop d'étagères? Qui dit que j'ai trop d'étagères? C'est même pas vrai, la preuve, elles tiennent (démontées) dans une seule pièce. Et d'abord, c'est pas juste des étagères, c'est des Lundia.
(Oui, le déménagement s'est bien passé, même si je prévois qu'il va me falloir quelques centaines d'heures de travail pour monter lesdites étagères et tout ranger...)

Le mystère des 45

Les déménageurs arrivent demain matin à 8h. J'ai vidé TOUTE la maison et j'ai tout mis en carton, avec l'aide de ma mère. Tous les meubles sont démontés. Il n'y a plus rien qui traîne, nulle part.
Et au fait, mon lave-linge remarche. Le réparateur a trouvé un bout de plastique dans le filtre. Rien d'autre.
Et pourtant, il reste 45 chaussettes dépareillées dans ma boîte (plus un gant).
Je n'ai aucune explication.