mardi 10 janvier 2017

Prophétie désagréable

Pause déjeuner rapide. Juste avant de me remettre au boulot, je fais un tour rapide sur Twitter. Je tombe sur un mini-jeu :

Prenez le livre le plus proche. Allez page 117.
La deuxième phrase résumera votre vie en 2017.

Par curiosité, j'attrape le bouquin que je suis en train de traduire. Page 117. Voici la deuxième phrase, que je vous traduis :

Comment avait-elle pu être aussi idiote ?

J'avoue que ça m'a un poil vexée.


PS : Darling, qui était en train de dessiner appuyé sur l'intégrale des Chroniques de Narnia en VO, a essayé à son tour. Résultat : "We will fight". Dans le roman, ça veut dire "Nous nous battrons", mais cela peut aussi signifier "Nous nous disputerons". Je suis un peu inquiète.

PS2 : Et pour vous, ça donne quoi ?

32 commentaires:

  1. Incapable de résister je mesure la distance avec les bouquins qui jonchent mon bureau... Le gagnant me dit :
    "Mieux vaut miser sur les dortoirs de 4 lits avec sdb, qui sont lumineux et propres, car les chambres sont chères et auraient besoin d'un rafraîchissement."
    Hmm...
    Sinon, en fiction, ça donne "I'll teach how to play".
    Tout un programme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est beaucoup mieux qu'être une d'idiote ou se disputer, en tous cas !

      Supprimer
  2. Le livre le plus proche étant "le code du travail annoté", je cite la 2è phrase page 117 : "les juges doivent faire application des dispositions prévues à l'article L 1235-2 quels que soient l'effectif de l'entreprise ou l'ancienneté du salarié".
    Si je vais voir l'article en question, pas sûr que ça soit une bonne nouvelle....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hu hu !

      Non, ne nous dit pas ce qu'est l'article, je ne veux pas savoir.

      Supprimer
  3. Je vous laisse deviner ce que je lis : "Vint le Seigneur des Nazgûl". Et tout d'un coup, j'ai comme un frisson qui me traverse pour 2017...

    (je découvre la nouvelle traduction qui est parue récemment, et je ne sais pas trop quoi en penser... Quelqu'un l'a lue ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, il y a de quoi s'inquiéter, en effet !

      (Je ne l'ai lu qu'en VO, mais je suis curieuse de connaître ton avis sur la re-traduction !)

      Supprimer
    2. Pour le moment, je suis partagée parce que je n'ai pas mon ancien exemplaire sous la main pour comparer.
      J'étais attachée à des noms qui ont été changés sans que je puisse vraiment comprendre pourquoi (Barbebois au lieu de Sylvebarbe (Treebeard), Fendeval au lieu de Fondcombe (Rivendell), Montauvent au lieu de Mont Venteux (Weathertop)...). Je trouvais certains des anciens choix plus élégants, et je ne vois pas toujours en quoi les nouveaux se rapprochent plus de l'anglais (mais il faut encore que je compare dans le détail).
      Et puis il y a aussi le fait que certains noms sont restés comme en anglais, alors que d'autres ont été traduits en français, ce qui donne parfois l'impression de traverser des endroits bien franchouillards (la Vallée des Fardiers par exemple (Stonewain Valley)) avec des cavaliers tout à fait british (le cheval de Théoden s'appelle Snawmana dans la deuxième traduction (Snowmane en anglais), alors qu'avant c'était Nivacrin. Le choix m'a surprise : même si on est plus proche de l'anglais dans les sons, on n'en comprend pas plus l'étymologie, et franchement c'est juste bizarre à lire à côté du reste. Même si Nivacrin sortait un peu de nulle part).
      J'avais aussi lu un article au sujet de cette nouvelle traduction, qui disait que plus d'efforts avaient été faits pour traduire les accents, ce que j'ai eu du mal à retrouver dans le texte (encore une fois, j'attends d'avoir mon vieux exemplaire sous les yeux).

      Après bien sûr, il y a des bonnes trouvailles, le texte se lit bien, et c'est toujours un aussi grand plaisir de relire le Seigneur des Anneaux ! Je peux manquer d'objectivité, c'est juste que ma lecture s'est arrêtée quelques fois en tombant sur des nouveaux noms qui auraient dû m'être familiers. Mais je suis sûre que le traducteur a de bonnes raisons d'avoir fait ces choix-là, j'aimerais juste qu'il y ait un appendice rien que pour expliquer ces choix. ^^

      Supprimer
    3. Je suis plutôt d'accord avec certains des choix de noms que tu cites, mais ce n'est pas le plus important : ce qui compte, c'est la fluidité. Il faut que ça se lise bien, que le texte ne soit pas lourd ni artificiel. Si c'est le cas, alors l'objectif est atteint.

      Supprimer
    4. Oui je suis bien d'accord, mais j'aurais besoin de mon ancien exemplaire pour voir si la nouvelle traduction s'en sort mieux que la première. Tout ce que je pouvais comparer de mémoire, c'était les noms.

      Et comme je disais, globalement ça s'est bien lu et ça restait un plaisir, même si parfois (rarement quand-même !) j'ai trouvé le texte un peu lourd, et que globalement les choix qui ont été faits pour rendre les accents et le niveau de langue (surtout ceux des hobbits) m'ont paru étranges ou un peu forcés.

      Sinon, ça reste un texte qui prend aux tripes !

      Supprimer
  4. Je viens de faire. Le livre le plus proche, c'est "Les gens dans l'enveloppe" d'Isabelle Monnin et Alex Beaupain. La phrase en question, qui est censée résumer mon année 2017 : ça fuit, évidemment, ça fuit.
    (soupir)

    RépondreSupprimer
  5. Très amusant comme jeu !
    Le livre le plus proche de moi, est celui que lit ma fille : " Richard III" du célébrissime Shakespeare.
    " Richard excepté, ceux contre qui nous combattons nous souhaitent les victoires plutôt qu'à celui qu'ils suivent ".
    Tout un programme...

    RépondreSupprimer
  6. Peuuh , moi ça donne "elle ouvrit la porte les cheveux en bataille, la voix pâteuse et des cernes sous les yeux : Manifestement: elle avait bu".
    Hum ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah! ça ressemble à une prophétie pour MOI!

      Supprimer
  7. Les livres les plus proches de moi sont dans l'ordre : le Dictionnaire de la Francophonie, le Grevisse, le Robert des noms communs (édition 1975, scotché de partout), le "Livre de bord" Larousse "Grammaire", le "Livre de bord" Larousse "Difficultés grammaticales", le Guide de conjugaison Bled, "Chants d'oiseaux des forêts" (64 pages hélas), l'Ortho vert (un dictionnaire orthographique bien plus simple que le Grévisse, il est, lui aussi, scotché de partout et la page de l'accord des participes passés des verbes occasionnellement pronominaux est presque aussi usée - mais sans taches de graisse - que la page de l'osso bucco dans mon cahier de recettes SEB) et enfin "Pilates, 15 minutes chaque jour". La deuxième phrase de la page 117 est "Vous pouvez décider de travailler un programme par jour ou les quatre selon votre choix." Mis à part le fait que je n'aurais pas écrit cette phrase mais "Vous pouvez choisir de ne travailler qu'un programme par jour ou les quatre si cela vous convient", cela signifie-t-il que 2017 sera une année sportive pour moi ?
    Vu que je viens de sortir de mon sac à dos les achats de cet après-midi, à savoir une nouvelle paire de chaussons d'escalade et un pantalon "technique" (comme y disent les vendeurs) pour faire de la randonnée en raquettes, cela se pourrait bien. C'est en tout cas ce que je me souhaite pour cette nouvelles année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'aurais mis "Vous pouvez décider de ne travailler qu'un seul programme par jour, ou les quatre, au choix."
      Comment ça, ce n'était pas la question ?

      (Et si tu essaies avec le ROMAN le plus proche, ça donne quoi ?)

      Supprimer
    2. Chouette, je veux encore jouer !
      "Vous pouvez mettre en pratique un seul programme par jour ou encore les quatre, selon votre préférence."
      (GM, je me demande vraiment quel peut être ton métier. Orthopédiste ? Agent immobilier ? Fleuriste, peut-être ?)

      Supprimer
    3. GM : que 64 pages pour Chant d'oiseaux des forêts? Voilà comment on se retrouve à vérifier sur Amaz*n... il y a un CD avec le livre! Ce serait un super cadeau pour mes chats.

      Supprimer
    4. Fofo : j'applaudis des deux mains à cette réécriture. Page 117 du livre de Boyden que l'on m'a offert à Noël et que je n'ai pas encore commencé : "Coincé comme je le suis au milieu des ballots de fourrures de castor, de martre et de lapin, on me considère comme une cargaison précieuse." J'adore ! Toute l'année 2017, on va me considérer comme une cargaison précieuse ! C'est un ordre !
      4F : j'étais éditrice dans le domaine scolaire et j'ai du mal à me séparer de mes outils de travail, qui d'ailleurs peuvent être encore utiles dans ma vie de retraitée. Dans mes tiroirs, j'ai aussi un compas, un rapporteur, un double décimètre, du papier millimétré et du papier calque, et j'y tiens.
      Ficelleforever : oui c'est celui-là. Mais je suis vraiment très nulle, je ne reconnais toujours que le coucou, la pie et le merle !

      Supprimer
    5. Ah, GM, j'avais parié sur correctrice en me disant qu'une éditrice avait moins d'ouvrages de référence sur son bureau... Et absolument, rien d'inutile dans tout ce matériel !

      Supprimer
  8. A tous : vos phrases me font presque autant rire que la mienne...

    RépondreSupprimer
  9. Je me bidonne
    1er bouquin attrapé : une encyclique : "Pour cette raison, l'homme ne peut pas non plus vivre exclusivement dans un amour oblatif, descendant" (suivi "il ne peut pas toujours donner, il doit recevoir") : burn-out maternel ? Gain de malade au loto ? Pétage de plomb et midlife crisis avant l'heure ?

    En fiction "on lui apporta un café qu'il but lentement en contemplant les plaines du Kansas, treize mille mètres au-dessous de l'appareil".
    Chouette, un voyage !

    RépondreSupprimer
  10. Revue "Polar" n°11 : "mais je ne me suis pas laissé abattre".
    Pas mal, j'aime bien.
    Sinon, "que tu sursoies", dans mon bescherelle.

    RépondreSupprimer
  11. C'est excellent!
    "Fausse route" E. Badinter
    "D'un côté, des mots radoteurs sur l’obligation de jouir, abusivement nommé "épanouissement"; de l'autre, le rappel à la dignité féminine [...]"
    Oh une année de dilemme autour du rôle de la femme! Mais les années se suivent et se ressemblent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément j'ai des problèmes de dénomination dans mes commentaires!
      Dorothée.

      Supprimer
  12. Bonjour.
    Un fauteuil (roulant) pour 2 de Dan Marshall :
    "La sortie du placard c'est effectuée relativement en douceur"
    J'avoue que sur ce coup là je suis perplexe!
    Comme disait ma grand-mère : Dieu seul le sait mais il dit pas grand chose".
    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore la phrase de ta grand-mère !

      Supprimer
  13. "chanson douce" de leila slimani (je n'ai pas encore lu. 2ème phrase entière page 117 (je n'ai pas compté celle à cheval sur 116 et 117)
    "tu vois, tout se retourne et tout s'inverse"
    Ah. Que de mystères...

    RépondreSupprimer
  14. Ah moi aussi je veux jouer... et cela donne :
    "Je sentais, plus que je ne le voyais, un spectre effrayant, un crâne blanc, luisant, dont les orbites noires me fixaient dans un silence de mort". Whaouh! ça craint là. Je vais donc mettre à jour mon assurance vie...
    Visiteuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ! J'ai trouvé pire que moi !

      Supprimer
    2. Oui;enfin; d'un autre côté, on ne peut pas trouver pire non plus, parce que là, de mon côté c'est définitif !
      Que Dieu me vienne en aide...
      Visiteuse

      Supprimer
  15. Excellent ! Et en plus, il y a un roman qui traîne sur mon bureau, vous échappez donc à la page 117 d'un de mes innombrables dicos…
    Donc, pour moi, 2017 sera placée sous le signe de "Qu'est-ce qui se passe dans ta tête ?". lol.

    RépondreSupprimer