lundi 27 octobre 2014

Le Kindle à l'usage

Au printemps dernier, j'avais acheté un Kindle : je vous avais annoncé ça ici.Maintenant que ça fait un peu plus de six mois que je l'ai, je me suis dit que ça pouvait vous intéresser de savoir ce que j'en pense. (Attention, ça va être long.)

(Il est question ici du Kindle 6, désormais retiré de la vente, et qui a pour principale différence avec les versions suivantes de n'être pas tactile, ce que j'apprécie beaucoup, car je peux le manipuler sans précaution particulière. Mais ce détail ne compte presque pas dans mon appréciation, qui concerne plus généralement tous les Kindle, et même toutes les liseuses.)

Alors, en vrac :

- La raison principale pour laquelle je l'ai acheté, c'est parce que je suis une grande stressée du "rien à lire". C'est ridicule, et ça prouve sûrement quelque chose de pas très glorieux à mon sujet et d'ailleurs si vous voulez bien on va éviter de se pencher là-dessus, mais en gros, la simple idée de me retrouver coincée quelque part sans rien à lire me donne des sueurs froide. Cinq heures dans un ascenseur bloqué, ou dans une voiture en panne, ou dans une salle d'attente aux urgences, ça ne me fait pas particulièrement paniquer : je ne suis absolument pas claustrophobe. Mais si je n'ai rien à lire, alors là, c'est l'angoisse. Encore plus que si je n'ai rien à manger, c'est dire. Mais maintenant, avec le Kindle, j'ai toujours sur moi de quoi tenir le temps qu'arrive la dépanneuse, et comme j'utilise finalement assez peu ma liseuse, il n'y a aucune chance qu'elle soit déchargée au bout d'une demi-heure. Et ça, c'est chouette.
[Anecdote : Il y a quelques années, j'avais dû subir une opération urgente dans un hôpital quelque part dans le Massif Central. En quatre jours, Darling n'avait pu venir me rendre visite qu'une seule fois, et m'avait apporté le seul livre sur lequel il avait réussi à mettre la main : un essai d'Umberto Eco. Fort long, certes, mais pas suffisamment pour me durer quatre jours ; et fort intéressant, sans aucun doute, mais tout de même un peu moins palpitant que Les mystères de Paris, par exemple. J'avais dû rationner les 500 pages indigestes, alors que j'aurais préféré pouvoir m'évader par la lecture d'une aventure passionnante...]

- A ma grande joie, je lui ai aussi trouvé une utilisé professionnelle. Comme vous le savez déjà, je suis aussi lectrice professionnelle, entre deux pages de traduction : je lis des romans en langues étrangères et je fais une fiche de lecture pour les éditeurs français, afin qu'ils décident s'ils veulent ce roman dans leur catalogue ou pas. Or, jusqu'ici, quand on m'envoyait un roman pas encore paru afin que je donne mon avis rapidement, on me l'imprimait sur d'énormes liasses de papier qu'il était peu commode de lire, surtout au lit (et dans le métro, n'en parlons pas). A présent, c'est fini ! Après bien des recherches, j'ai réussi à trouver un petit programme, k2pdfopt, qui permet de convertir les pdf (car ils sont souvent au format A4, donc bien trop grands pour être lus sur une liseuse) ; et avec les .doc, c'est encore plus facile, car la conversion se fait automatiquement quand on envoie le roman sur le Kindle par email. Pas de temps perdu, pas de papier gâché, pas de feuilles qui s'envolent. Mes éditeurs sont ravis, et moi aussi.

- Je suis bien consciente qu'Amazon n'est pas une entreprise très recommandable de bien des points de vue (fiscalité, droit du travail, concurrence faites aux "vraies" librairies, etc.). J'essaie d'acheter le moins possible de livres chez eux, et bien entendu, le Kindle n'étant pas compatible avec d'autres formats de livres numériques, quand on en achète un, on est forcément un client captif... Sauf que personnellement, je n'ai vraiment pas beaucoup engraissé Amazon après avoir payé ma liseuse 47 euros. J'ai téléchargé presque uniquement des classiques dans le domaine public (donc gratuits), et des romans envoyés par les éditeurs (voir plus haut). Concernant les classiques, ce sont des livres que j'ai déjà chez moi, sur papier, donc les librairies traditionnelles n'y ont rien perdu.

- La grande utilité du Kindle, c'est en déplacement, bien sûr. Je me rappelle si bien ces étés où j'allais passer trois semaines chez ma grand-mère à la campagne, et où je calculais qu'à raison de 300 pages par jour en moyenne, il fallait que j'emporte donc 6000 pages environ, soit au minimum une dizaine de pavés dont au moins deux ou trois de la collection Bouquins ou Omnibus... Plusieurs kilos de bouquins à trimbaler, qui remplissaient la moitié de ma valise, alors que je voyageais en train avec plusieurs changements. Fini, ça aussi – et pas seulement parce que j'ai beaucoup moins le temps de lire ! La dernière fois que je suis partie en déplacement professionnel, je n'ai emporté que ma liseuse, avec un roman de 500 pages dessus pour lequel un éditeur m'avait demandé une fiche. J'ai terminé le roman plus vite que prévu, au milieu du voyage de retour. Qu'à cela ne tienne, j'ai entamé Vingt ans après dans la foulée, et tout ça pour un poids de 160 grammes ! De même, en partant en Espagne, je n'ai emporté que ma liseuse (et un petit poche au cas où elle tomberait en panne) (ceinture ET bretelles) (je me demande si la rienàlirophobie a un nom scientifique ?).

- Dans le même ordre d'idées, la possibilité de télécharger des livres n'importe où (du moment qu'il y a du wi-fi, ou juste du réseau téléphonique pour les Kindle dernier cri) est tout de même assez extraordinaire. Cet été, j'avais commencé une trilogie anglaise (pas – encore ? – traduite, désolée). Je lis rarement des séries en entier : le premier volume me suffit, j'ai si peu le temps de lire que je préfère passer à autre chose. Mais là, je ne pouvais pas m'arrêter, c'était trop palpitant ! J'ai donc cherché un café avec du wi-fi dans ma campagne reculée, et une fois le Kindle relié à Internet, j'ai pu acheter et télécharger le volume suivant en moins d'une minute, alors que pour commander la version papier, j'aurais dû trouver une librairie qui accepte de faire venir un livre d'Angleterre, et même si je l'avais trouvée (ce qui n'avait aucune chance d'arriver, dans la région), je l'aurais ensuite attendue au moins deux ou trois semaines...
(Par contre, je vous avouerai qu'à mon retour, je me suis empressée d'acheter le livre "en vrai" via la librairie de Darling : l'idée qu'il ne soit pas sur mes étagères me désolait, surtout que je suis certaine de le relire un jour. J'ai donc payé deux fois. Tant pis, l'auteur le mérite, et l'éditeur aussi, du coup.)

- Maintenant, un point négatif, peut-être le seul : si je continue à trouver normal que des nouveautés qui sortent à la fois en librairie et en version électronique coûtent quasiment aussi cher dans les deux versions, d'abord pour la sauvegarde des librairies, et ensuite parce que le coût de fabrication d'un livre ne représente qu'une petite partie de son coût total, je trouve ça nettement moins logique qu'un roman électronique coûte plus cher que le poche, et je rejoins l'avis de ceux qui m'avaient signalé cette anomalie. Et puis moi, ce que j'apprécie, c'est d'avoir toujours sur moi mes bouquins préférés. L'autre jour, en déplacement, j'ai voulu citer une fable de La Fontaine aux enfants, et j'ai été ravie de l'avoir dans mon sac à main, sur mon Kindle. C'est formidable de pouvoir vérifier une citation d'un livre à tout moment. Mais je ne peux faire ça qu'avec des romans qui sont dans le domaine public, et ça, c'est bien dommage ! Je voudrais avoir toujours Harry Potter dans mon sac à main, mais pas si je dois payer 60 euros pour le télécharger, alors que nous avons déjà la version anglaise ET la version française. De même, je comprends la frustration de ceux qui voudraient récupérer tous les romans d'Agatha Christie, mais pas à 6 euros pièce ! Et bien entendu, je ne rachèterai pas les 52 Fantômette (que j'ai déjà en triple ou quadruple, pour ceux qui ont été illustrés plusieurs fois) : à 4,49 € chacun, cela ferait 233 euros... Ce que je souhaiterais, ce serait avoir à la fois la version papier et la version électronique, un peu comme j'ai à la fois des CD et les chansons qu'ils contiennent sur mon lecteur MP3. Cela répondrait à mon rêve d'autrefois, à l'époque où j'étudiais à Toulouse ou je travaillais à Londres, et où c'était un déchirement pour moi d'être si loin de ma bibliothèque, de ne pas pouvoir relire à volonté le chapitre où Aramis est sur le point de se faire ordonner prêtre, ou la déclaration d'amour d'Octave Mouret à Denise, ou le passage où Ficelle explique un jeu de carte à Françoise et Boulotte, ou le moment où le Dr Floyd découvre que la vie existe sur la planète Europe... Pour Les trois mousquetaire et Au bonheur des dames, je peux désormais le faire, mais pas pour Fantômette et l'île de la sorcière ou 2010 Odyssée deux, et je le regrette.

- Une dernière chose : autrefois, j'aurais dit que je ne pouvais pas me passer du contact du papier. Ce n'est plus le cas. Lire sur la liseuse ne me dérange pas du tout, je trouve ça très pratique (on peut tourner les pages d'une seule main, ce qui est très appréciable dans le métro ou quand on se lave les dents !), léger (très confortable au lit), et l'ergonomie me convient tout à fait. Je n'ai qu'un léger regret pour la couverture (j'aimais que chaque livre ait sa propre identité visuelle), et aussi pour l'épaisseur des pages qu'on sent fondre entre les doigts (ce qui permet de comprendre intuitivement où on en est bien mieux que le petit curseur en bas de l'écran). Ah, et puis il faut bien reconnaître que pour feuilleter simplement un livre, cet appareil non tactile n'est vraiment pas au point. Mais ce ne sont que des inconvénients mineurs.

Voilà, désolée pour ce pavé. Si vous n'avez pas eu le courage de tout lire, en résumé, mon avis est que ça valait largement les 47 euros que j'ai dépensé pour cet appareil !

5 commentaires:

  1. Le logiciel Calibre permet de lire sur son Kindle des livres numériques achetés ailleurs que sur Amazon.
    Ayant le même modèle je suis aussi frustrée par l'absence de couverture couleur et le curseur pourcentage. Quant au prix, je crois que les éditeurs ne veulent pas descendre en dessous du prix des livres de poche pour ne pas tuer ce marché.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, j'ai entendu parler de Calibre, mais je n'ai pas réussi à lui faire faire ce que je désirais (convertir des pdf) donc j'ai laissé tomber.
    Sans descendre en-dessous du prix du poche, ils pourraient s'aligner, au moins !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet avis qui m'intéresse vraiment beaucoup. Pour ma part, je suis atteinte du même mal que toi la "rienàliraphobie" et c'était atroce quand j'étais plus jeune. J'ai un peu évolué, un peu ! Mais je pars en vacances avec un sac plein de livres et je vérifie chaque jour le ratio, je prends le train avec plus de livres que de bagages et le tout à l'avenant.
    Par contre, étant bibliothécaire, j'ai décidé d'acheter une liseuse le jour où nous prêterons des fichiers numériques ! Pas question de payer pour ce que je peux emprunter gratos, même si c'est lourd ! Je sais, je suis radine ! Mais bon, Agatha Christie, c'est on trip !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, si tu as à l'occasion d'en acheter une à bas prix comme moi ma Kindle, n'hésite pas. Dans certains cas (avion, par exemple, ou sac à main déjà bien plein), c'est bien de pouvoir limiter le poids des bagages... Et tu pourras télécharger gratuitement plein de classiques à lire ou à relire (pas Agatha Christie, mais Sherlock Holmes ou Arsène Lupin, oui !).
      Accessoirement, si on est membre d'Amazon Premium (pas très cher), on peut aussi emprunter des livres électroniques.

      Supprimer