jeudi 8 décembre 2011

Les petits maux de la grossesse (1) : les crampes

Je vous ai déjà parlé brièvement des "petits maux de la grossesse" ici mais je me suis dit que ça méritait d'être développé. Je vais donc vous offrir une série de billets au cours des mois suivants sur tous les inconvénients que l'on subit pendant ces quelques mois. Ces messages seront sponsorisés par l'Association des Joyeux Malthusianistes de France. Ne me remerciez pas.

La grossesse n'est pas une maladie, c'est bien connu. Parce qu'une angine, ou une gastro, c'est un vilain machin qui vous embête pendant plusieurs jours, une ou deux fois par an, avec trois ou quatre symptômes très désagréables. La grossesse, ce n'est pas ça. La grossesse, c'est un état merveilleux pendant lequel on se sent rayonnante, qui nous permet d'apprécier minute après minute cette faculté extraordinaire que l'on a de donner la vie. Ce moment fantastique pendant lequel tout le monde est au petits soins pour vous, et dont on peut apprécier même les inconvénients en échange de la promesse de donner bientôt tout l'amour du monde à cet être extraordinaire qu'est un nouveau-né.
Naaan, j'rigole.
La grossesse, c'est bien pire qu'une maladie. Parce que ça ne dure pas une ou deux semaines, mais neuf mois. Et parce que si vous n'avez pas de veine, ce ne sont pas deux ou trois symptômes désagréables qui vont vous tomber sur le dos, mais douze ou quinze.

Commençons tout doucement par un petit truc de rien du tout (je ne veux pas vous effrayer tout de go) dont j'ai été victime cette nuit : la crampe.
Tout le monde sait ce qu'est une crampe, pas vrai ? Eh ! bien non, moi je ne le savais pas avant d'être enceinte du Grand. Voilà ce que nous apprend Wikipedia :
Une crampe est une contracture violente, involontaire, passagère et douloureuse, visible et palpable, d'un muscle ou d'un faisceau musculaire.
Chez moi, ça se passe comme ça : je suis bien tranquillement en train de dormir, au plus profond de mon sommeil, dans mon lit, bien au chaud, et tout à coup, très vite et sans prévenir, une horrible douleur me saisit à la jambe ou au pied. Il faut donc que je me lève précipitamment, que je me précipite en boitillant et en gémissant "aïe aïe aïe" (pas trop fort, pour ne pas réveiller les enfants) dans la cuisine, où le sol est froid grâce au carrelage, et que j'essaie de tordre la jambe ou le pied dans une position qui me soulage, jusqu'à ce que ça passe. Après quoi, grelottante et complètement réveillée, je peux retourner me coucher et essayer de me rendormir. Jusqu'à la prochaine fois.
Pendant le dernier trimestre de mes précédentes grossesses, ça m'arrivait au moins trois fois par nuit.
Rien de grave, on est bien d'accord. Mais je m'en passerais volontiers.

Existe-t-il une méthode de prévention ? Pas vraiment. Ah si, manger des aliments qui contiennent du magnésium, c'est-à-dire principalement des bananes.
Sauf que les bananes sont interdites quand on fait du diabète gestationnel.
La grossesse ? Un lit de roses, mes amis. Avec tout plein d'épines.

1 commentaire:

  1. Le magnésium existe aussi en médicament (je sais pas si c'est conseillé aux femmes enceintes). Avec de la vitamine B6.

    J'ai une mère et une soeur qui se shootent à vie de magnésium, à cause d'un je-ne-sais-quoi d'étrange dans les gènes de la famille.

    RépondreSupprimer