mercredi 17 juin 2015

L'insoutenable légèreté des listes

Grande résolution, ce matin : aujourd'hui, je réduis mon objectif "traduction" de moitié (un demi-chapitre au lieu d'un chapitre entier), et je consacre le temps gagné à trier mes papiers, ranger mon bureau, et faire la liste de toutes les démarches administratives que je dois faire prochainement. Je pourrai enfin arrêter de me réveiller en sursaut la nuit en pensant "Oh mon dieu, j'ai oublié de prendre rendez-vous avec l'ophtalmo pour Mr Thing Two, elle n'aura pas le temps de nous recevoir avant les vacances" ou "Il faut vraiment que je passe chercher ce chéquier à la banque" ou "Si je veux que le Grand prenne des cours des natation dans deux semaines, il faut que je me remue pour lui trouver un prof", etc. Et je me sentirai beaucoup plus légère.

Et je l'ai fait.
Pour de vrai. Je n'en reviens pas moi-même. J'ai envoyé des chèques, écrit des emails non-professionnels, passé des coups de fils, et tout ce que je n'ai pas eu le temps de faire, je l'ai noté sur une liste pour être certaine de ne rien oublier.

Eh bien, vous savez quoi ? Ce soir, quand je regarde ma liste comprenant 17 points d'un côté, et ma traduction inachevée de l'autre, je ne me sens pas du tout plus légère, bien au contraire...


2 commentaires:

  1. Pff, ça n'encourage pas à ranger son bureau, ça ! Bon courage...

    RépondreSupprimer