jeudi 30 mars 2017

L'amertume des raisins intraduisibles

Mon héros se promène dans un endroit imaginaire, une sorte de musée où sont rassemblés un certain nombre d'objets historiques ou étranges, parfois magiques. Vous savez, le nez du sphinx, les bottes de sept lieues, ce genre de choses.

Il est dans l'allée des S. Il y trouve entre autres des objets ayant appartenu à des personnages au nom en S, et aussi un serpent particulièrement agressif. Mais ça ne l'affecte pas plus que ça. Et puis il voit un bocal rempli de raisins conservés dans de la saumure. Et tout à coup, son humeur change complètement, et il voit tout en noir.

Pourquoi ? Parce que ce bocal contient des "sour grapes", des raisins amers. Vous savez, comme dans la fable d'Ésope reprise par La Fontaine, où le renard n'arrive pas à attraper les raisins et s'en va, dépité, en grommelant que de toute façon, "ils sont trop verts, et bons pour les goujats". L'expression est passée dans le langage courant en anglais, mais elle s'est déformée, et en général, on ne l'utilise pas à bon escient, mais plutôt pour exprimer le fait que quelqu'un est amer ou pessimiste.

Cela fait donc des semaines que je cherche quelque chose qui répond à ces critères :
- concret, tangible, qu'on puisse mettre sur des étagères ;
- commence par un S ;
- évoque immédiatement, pour des lecteurs français, une idée de mauvaise humeur (ou d'angoisse, ou d'amertume, ou n'importe quel sentiment négatif, en fait : on peut adapter) ;
- de préférence, peut être contenu dans un bocal.

Donc si vous êtes en train de vous ennuyer au boulot et que vous avez envie d'y réfléchir, ne vous gênez pas, surtout. Si quelqu'un a une idée de génie, je m'engage à lui offrir un exemplaire du bouquin quand il sera publié en français.


20 commentaires:

  1. Des soucis ? La fleur, on la met sur une étagère et le double sens fait que ça lui pompe sa joie immédiatement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, pas mal du tout ! Je vais y réfléchir !

      Supprimer
  2. un bocal de salsifis (traumatisme de cantine pour tant de gens!)?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De tous les fruits et légumes courants, le salsifi est en effet le seul qui commence par un S : j'avais fait des recherches dans cette direction... mais enfin, le lien avec la morosité soudaine du héros n'est pas évident !

      Supprimer
    2. c,'est sûr, et après lecture de l'autre commentaire je trouve l'idée du souci bien lus prometteuse, mais je n'ai pas pu résister, ça m'a rappelée le bon vieux temps des versions anglaises en khâgne où on se délectait de ce genre de..."soucis" idiomatiques!

      Supprimer
    3. Ficelle for Ever30 mars 2017 à 15:16

      +1 pour les salsifis de cantine. Ils se vengent sur ton système digestif tout l'après-midi!
      Si ton héros est particulièrement fragile des intestins, la relation avec la morosité sera vite faite...

      Supprimer
    4. Certes... mais ce n'est pas un jeu de mot !
      Et si le lecteur adore les salsifis, hein ?

      Supprimer
  3. Un bocal rempli de soufre ? Déjà l'odeur prend au nez et donne la nausée. Et en plus, ça lui rappellera toutes les raisons pour lesquelles il souffre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, mais j'ai peur que ce soit un peu tiré par les cheveux.

      Supprimer
  4. Des soupirs et il se met à soupirer.
    Chloé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et/ ou des sanglots

      Un bon bocal de soupirs et de sanglots

      Chloé

      Supprimer
    2. Des soupirs, en musique ? Un peu difficile à mettre dans un bocal, malheureusement...

      Supprimer
    3. Si la poésie ne convient pas, alors très premier degré : un bocal de sang. Personnellement, ça changerait mon humeur. Sinon, les soucis, c'était une bonne idée.
      Bonnes recherches !
      Chloé

      Supprimer
  5. Finalement, je crois que je vais garder les soucis. Yanne, si tu veux un exemplaire du bouquin (ou d'un autre, d'ailleurs, parce que celui-là ne paraîtra pas en français avant au moins 6 mois), écris-moi un email pour me donner ton adresse !

    RépondreSupprimer
  6. Des sabots de diable, du sang de dragon, des scarabées?

    RépondreSupprimer
  7. Pourquoi pas un bocal de salive ?
    C’est très symbolique la salive. Ne pas gaspiller sa salive en vain.
    On peut la cracher pour sceller un pacte. Ou bien cracher au visage de quelqu’un pour lui exprimer son mépris, ce qui aggrave les paroles dites avant.
    Elle peut avoir une fonction magique quand elle est appelée bave.
    Alors, ça colle ou pas ?
    Visiteuse

    RépondreSupprimer
  8. Ou encore un bocal de suie : c’est âcre, noir, collant.
    Visiteuse

    RépondreSupprimer
  9. Le problème du sang, de la salive, de la suie, des scarabées ou des salsifis, c'est que même si ce sont des substances pas forcément ragoutantes, le rapport avec l'humeur du héros n'est pas évident, et surtout il n'y a pas de jeu de mot. Alors que dans le texte en VO, ce n'est pas ce que contient concrètement le bocal qui est négatif (des raisins dans de la saumure : rien de bien méchant, tant qu'on ne me demande pas d'en manger), mais c'est le mot, ou en l’occurrence l'expression, qui désigne ce contenu ("sour grapes"). Voilà pourquoi les soucis me semblent bien mieux convenir. En soi, une petite fleur orange n'a rien d'inquiétant, mais quand on pense au mot qui la désigne, ce n'est pas gai !

    RépondreSupprimer
  10. De la soie? S'il ne s'estime pas beaucoup, l'allusion à "soi" peut rabattre sa joie...

    RépondreSupprimer
  11. En lisant l'article, le mot salmigondis m'est venu à l'esprit mais la simplicité des soucis est parfaite.
    J'aime ces vieux mots inusités.
    Bonne fin de traduction

    RépondreSupprimer